Emploi de mâchefers pollués en sous couche routière : le Collectif 3R saisit les préfet.e.s d’Ile-de-France 


Dans le reportage réalisé par Hugo Clément et son équipe pour l’émission « Sur le front : La face cachée du recyclage » diffusé sur France 5 le 25 avril 2021, le journaliste a suivi le parcours des ordures ménagères : de l’incinérateur, à la plateforme de maturation des mâchefers (les résidus solides de l’incinération qui représentent environ un cinquième du poids total des déchets incinérés) de Claye-Souilly, puis au chantier routier en Seine-et-Marne où ils sont utilisés comme sous-couche routière. 

L’équipe de télévision a prélevé un échantillon de mâchefer pour le faire analyser. Les résultats sont alarmants ! 

Des mâchefers hautement chargés en dioxines, dangers pour l’environnement et la santé des franciliens

L’échantillon présente une concentration en dioxine qui dépasse de 5 fois le seuil réglementaire fixé par l’arrêté du 18 novembre 2011.

Source: capture d’écran du reportage “La face cachée du recyclage” de l’émission “Sur le front” de France 5 diffusée le 25 avril 2021.

Les dioxines sont selon l’OMS des polluants organiques persistants dans l’environnement et notre organisme. Très toxiques, ces perturbateurs endocriniens sont cancérigènes et ils interfèrent avec le développement, le système hormonal et notre immunité.

Le reportage présente les images d’une plateforme de maturation de mâchefers dans laquelle ces concentrés de polluants sont simplement entreposés à ciel ouvert et dispersent aux quatre vents leurs poussières toxiques.

Monsieur Edouard Proffit, un conseiller municipal de Charny, commune adjacente à Claye-Souilly, a signalé en décembre 2018 lors de la réunion de la Commission de suivi de site de Claye-Souilly “la présence de poussières et d’odeurs générées par les mâchefers (…) et souhaite connaître les risques éventuels”. Une étude a été annoncée par l’exploitant Véolia afin d’améliorer l’abattement des poussières. Nous ne connaissons pas pour le moment les résultats de cette étude.

La plateforme de maturation des mâchefers de Claye-Souilly est gérée par Véolia et son bilan 2019 montre que plus de la moitié des mâchefers réceptionnés provenaient des incinérateurs du Syctom (Ivry-sur-Seine et Issy-les-Moulineaux).

Saisie des services de l’Etat pour faire la lumière la gestion des mâchefers franciliens

Au vu de la gravité du dépassement du seuil règlementaire et inquiets pour la santé publique et l’environnement, le Collectif 3R a adressé aux préfet.e.s de Seine-et-Marne, du Val de Marne, des Hauts-de-Seine une demande pour la conduite d’une inspection et la publication des résultats de ce contrôle dans les installations de maturation de mâchefers de Claye-Souilly ainsi que sur les sites des usines d’incinération qui les approvisionnent. Nous attendons les résultats de ces contrôles. Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a également été avisée par le Collectif 3R de ce dépassement du seuil réglementaire en dioxines.

Cet accroc sur le vernis que tentent de maintenir les industriels de l’incinération n’est pas sans rappeler l’affaire jugée le 13 mai 2020 par la Cour d’Appel de Paris et qui avait conduit à la condamnation de deux entreprises pour tromperie et abandon illégal de déchets en Seine-et-Marne, dans la commune de Saint-Cyr-sur-Morin. Elles avaient participé au dépôt sur des parcelles agricoles de mâchefers  également en provenance des incinérateurs du Syctom…

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.