Vote par le conseil syndical du Syctom du 17 octobre 2014 du projet Ivry-Paris XIII 1


Communiqué de presse

Vote par le conseil syndical du Syctom du 17 octobre 2014 du projet Ivry-Paris XIII

Ivry-sur-Seine, le 23 octobre 2014

Lors de la séance du 17 octobre dernier, le Conseil syndical du Syctom a voté l’attribution du marché de conception, construction et exploitation de son projet de 2 usines de traitement des déchets situées à la limite entre Ivry-sur-Seine et le 13ème arrondissement de Paris ; à savoir une usine d’incinération de 350 000 tonnes et une usine de TMB-méthanisation de 310 000 tonnes.

Le montant de ce marché de plus de deux milliards d’euros TTC, pour moitié études et construction, pour moitié exploitation, a été attribué à un groupement conduit par une filiale de Suez Environnement.

Malgré les fortes oppositions des riverains, malgré l’annulation de l’autorisation d’exploiter de l’usine de TMB/Méthanisation de Romainville par le tribunal administratif de Montreuil, malgré l’opposition du Conseil municipal d’Ivry-sur-Seine à l’implantation de l’unité de TMB/Méthanisation prévue dans le projet, les élus du Syctom ont voté à la quasi unanimité, pour le projet présenté lors du Débat public de 2009, sans modifications majeures.

On peut vraiment s’étonner de la faible opposition des élus à un projet dépassé et dangereux : seules deux élues EELV de Paris ont voté contre, le texte étant en contradiction avec la politique « zéro déchet » dans laquelle la capitale déclare s’engager, tandis que le Maire d’Ivry s’est seulement abstenu, malgré le vote unanime de son conseil municipal contre la partie TMB-méthanisation du projet.

La baisse continuelle des quantités des déchets traités depuis 2000, les directives européennes de plus en plus opposées à l’incinération et au traitement par le TMB des déchets résiduels, la déclaration récente de la ministre de l’Ecologie sur les ondes de France Inter considérant que l’incinération des déchets est une solution dépassée, le rôle de l’élimination des déchets dans le réchauffement climatique, n’ont en rien modifié la décision absurde des élus.

Alors qu’aux Etats Unis et en Europe de plus en plus de grandes villes optent pour la prévention et le recyclage optimal des déchets permettant de se passer de l’incinération pour leurs infimes déchets résiduels, le Syctom a opté pour le tout industriel qui garantira à un groupe industriel un lucratif marché pendant des dizaines d’années.

Cette décision est un scandale financier, écologique et sanitaire qui va à l’encontre des intérêts des citoyens que nos élus sont censés défendre. Sans parler de l’endettement à venir des communes et de la hausse de la redevance de près de 3 % par an, en cas de construction de la partie TMB-méthanisation.

Nous sommes en droit de nous demander ce que dissimulent de telles décisions qui ne servent que les intérêts à court terme de deux multinationales qui se partagent alternativement ce type de gros marchés publics. Nous avons ainsi confirmation, encore une fois, que la participation démocratique de la population sur les sujets importants qui les concernent, n’est dans notre pays, qu’un discours de façade.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Vote par le conseil syndical du Syctom du 17 octobre 2014 du projet Ivry-Paris XIII