[Conférence] Incinération des déchets, polluants, perturbateurs endocriniens : quels risques pour la santé ? 2


Conférence : Incinération des déchets, polluants, perturbateurs endocriniens : quels risques pour la santé ?

Les fumées de l’incinération des déchets ne sont pas que de la vapeur d’eau. Des toxiques, des polluants émergents qui s’accumulent dans l’organisme, y sont présents : dioxines chlorées et bromées, perturbateurs endocriniens, particules fines et ultrafines…

Quel effet pour notre santé ?
Pour en parler nous avons convié :

André CICOLELLA,
président du Réseau Environnement Santé

et Philippe CHAMARET,
directeur de l’Institut éco-citoyen de Fos-sur-Mer

SALLE ROBESPIERRE
1 rue Robespierre, 94200 – Ivry-sur-Seine
Jeudi 5 avril 2018 à 19h

Événement Facebook : facebook.com/events/168722017265067/

Les habitants d’Ivry-sur-Seine et des communes avoisinantes vivent sous les rejets polluants des cheminées de ce qui a été longtemps le plus gros incinérateur de déchets d’Europe (capacité 700 000 t).

Seuls quelques uns des produits toxiques qui s’échappent dans l’air que nous respirons sont réglementés, dont les dioxines chlorées, et encore les normes sont-elles définies selon des critères techniques autant que sanitaires. L’OMS par exemple ne fixe aucune limite acceptable aux dioxines qui sont des polluants cancérigènes et des perturbateurs endocriniens. Associés à la baisse de qualité du sperme, aux malformations congénitales, à une puberté précoce, à l’obésité ou à l’autisme, «les perturbateurs endocriniens ne sont pas des substances comme les autres, rappelle André Cicolella, le président du RES. Il faut les éliminer à la source, car on ne peut pas les gérer par la dose.”

Le Collectif 3R (Réduire, Réutiliser, Recycler) regroupe les associations favorables aux solutions alternatives à l’incinération. Il réclame depuis plusieurs années au Comité de suivi de site de l’usine Ivry-Paris XIII la surveillance régulière des nouveaux polluants, non encore réglementés, comme les particules fines et ultrafines, ainsi que les dioxines bromées. Celles-ci, qui se forment par combustion des retardateurs de flamme présents dans de très nombreux produits du quotidien (plastiques, tissus, mousses, électronique,…) sont des toxiques aussi puissants que les dioxines chlorées. La seule mesure que nous avons pour Ivry date de 2013, et était très inquiétante: elle dépassait de 3 à 4 fois le niveau réglementaire des dioxines chlorées.

Mais qu’est-ce qu’un perturbateur endocrinien? Comment agit-il sur notre santé? Quelle interaction avec les autres polluants? Quel est le rôle des particules fines? Comment s’en prémunir?

Venez nombreux en débattre avec le 5 avril avec :

  • André CICOLELLA, président du Réseau Environnement Santé, qui a réussi à faire interdire le Bisphénol A dans les biberons et milite pour des “villes et territoires sans perturbateurs endocriniens”.
  • Philippe CHAMARET, directeur de l’Institut éco-citoyen de Fos-sur-Mer, institut qui mène un travail scientifique remarquable notamment sur les particules ultrafines et les effets cocktail des polluants industriels.

Téléchargez nos affiches et tracts à diffuser :


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “[Conférence] Incinération des déchets, polluants, perturbateurs endocriniens : quels risques pour la santé ?

  • Solange Birghoffer

    Bonjour. J’habite avenue de la Porte de Vitry à Paris 13 è et donc à deux pas de l’incinérateur d’Ivry. J’ai malheureusement loupé votre réunion du 5 avril 2018. J’avais participé à une de vos manifestations il y a un peu plus d’un an. Ma question porte sur ” l’Avis d’ouverture de l’enquête publique sur le projet d’Unité de Valorisation Energétique porté par le Syctom pour le centre Ivry-Paris XIII” que nous avons reçu par mail le 22 mai 2018 de la Mairie du 13 è. Comment manifester notre refus de ce stupide et monumental gâchis à l’heure où l’on prône le Zéro déchet ? Devons-nous boycotter l’enquête ? Merci d’avance pour votre aide. Bien cordialement. Solange

    • c3r

      Bonsoir, non au contraire, il faut participer – et faire participer – à l’enquête publique. C’est probablement l’une des dernières chances pour tout un chacun de peser sur le projet. Et n’hésitez pas à rejoindre le collectif, nous avons toujours besoin de militants actifs et plus généralement de soutien. Meilleures salutations.