23 novembre 2016 : le Collectif 3R a fait salle comble pour sa soirée d’information Paris, zéro déchet ?


Les alternatives à l’incinération exposées ce soir-là ont démontré que le nouvel incinérateur prévu à Ivry sera aussi rapidement obsolète que le très récent incinérateur de Copenhague déjà obligé d’importer 120 000 tonnes de déchets du fait de l’amélioration du tri.

Anne Connan, présidente du Collectif 3R (Réduire, Réutiliser, Recycler) a souligné l’inadaptation du ruineux projet industriel du SYCTOM (2 milliards d’argent public) très en retard sur les préconisations de la loi (Grenelle, LTECV) au contraire du Plan B’OM, plan de baisse des ordures ménagères élaboré avec Zero Waste France. En 8 ans, avec 200 millions d’euros, ce plan permettrait de détourner plus de 700 000 t de l’incinération (capacité actuelle de l’usine) et de réduire l’enfouissement à zéro. Flore Berlingen l’estime possible car 42,6% de notre poubelle sont des recyclables – papiers et cartons, emballages de verre et de plastiques : les déchets des uns doivent devenir les ressources des autres.

Une politique locale volontariste le permet : Gabriele Folli, adjoint à l’environnement de la ville de Parme (Italie) a ainsi expliqué que la collecte séparée des biodéchets en vue du compostage a permis de faire passer en 4 ans le tri sélectif des recyclables de 48, 5% à 70% (à comparer avec les 16% de Paris !). Jean-Pierre Taillard, ex vice-président du Grand Besançon, a démontré comment la mise en place d’une redevance incitative pour l’enlèvement des ordures ménagères (paiement au poids avec bacs équipés de puces) et une campagne de communication suivie ont permis de réduire de 30% la quantité de déchets en 4 ans, évitant ainsi la construction d’un nouvel incinérateur. Poubelles allégées, coût réduit !

Depuis 2015, Paris s’oriente vers une politique zéro déchet. Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement a ainsi annoncé l’expérimentation de la collecte séparée des restes alimentaires dans le 2ème et le 12ème arrondissements au printemps 2017 puis sa généralisation à tous les arrondissements d’ici 2020. Objectif de tri : 50% en 2020 ! Un bio-seau pour chaque foyer, un nouveau bac orange dans chaque immeuble sont prévus pour un ramassage en porte à porte. Un bac de bio-déchets supplémentaire pourrait être installé sur la voie publique avec les Trilib’ pour les apports volontaires, en réponse à l’exiguïté des locaux poubelles.

La réduction des déchets passe par la recherche de l’implication des citoyens au plan local et par des solutions de traitement de proximité, à l’inverse de l’orientation technocratique du SYCTOM qui privilégie les grosses installations industrielles.

Toutes les photos de la soirée : facebook.com/media/set/?set=a.599213120269094.1073741839.179351792255231&type=1&l=6644a86cf1 (pas besoin d’un compte Facebook)

Quelques tweets pendant la soirée :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *