Communiqué de presse – Vote de la reconstruction de l’incinérateur Ivry-Paris XIII


Le 25 janvier 2017, le conseil municipal d’Ivry-sur-Seine votera à nouveau sur le projet du Syctom de reconstruction de l’usine d’incinération d’Ivry-Paris XIII.

Le Maire d’Ivry sur Seine, Philippe Bouyssou, n’accepte pas la décision de son conseil municipal qui a voté en novembre dernier le vœu présenté par le groupe EELV contre la reconstruction de l’usine d’incinération. Il a décidé de refaire voter son conseil municipal, après l’avoir déplacé exceptionnellement au mercredi, afin de s’assurer d’un vote avant le conseil syndical du Syctom le 26 janvier.

Durant ces deux derniers mois, Philippe Bouyssou a également sollicité le soutien des autres maires des communes du bassin versant afin de renforcer sa légitimité mise à mal par le vote de son conseil municipal. Ceux-ci ont publié une lettre essayant de discréditer les associations à laquelle nous avons répondu par un argumentaire que vous pouvez trouver à l’adresse suivante https://drive.google.com/file/d/0B_bgBW25wNeiRnBJY1hFZVoxeXc/view?usp=sharing

Le Collectif 3R interviendra en début de séance pour exprimer sa position contre le projet, ainsi que la CGT qui soutient la position de Philippe Bouyssou.

Les nombreuses pressions sur les élus de la majorité comme de l’opposition, arriveront-elles à renverser ce vote?

LE COLLECTIF 3R APPELLE À SOUTENIR LES ASSOCIATIONS
ET LES ÉLUS QUI VOTERONT CONTRE LE PROJET
lors du conseil municipal du 
25 JANVIER 2017 À 19H45

Mairie d’Ivry-sur Seine

Le 26 janvier 2017 au matin, ce sera au tour des conseillers syndicaux du Syctom de voter la reconstruction de l’incinérateur d’Ivry-Paris XIII, pour 500 millions TTC environ. Jusqu’à présent, seuls les élus EELV se sont prononcés pour la remise à plat du projet.
Il s’agit de la première tranche conditionnelle du fameux contrat à 2 milliards d’euros voté le 17 octobre 2014. Jusqu’à présent, le Syctom n’avait fait voter que des études et des travaux préparatoires, pour 60 millions d’euros. Cette fois-ci, le vote devrait permettre au Syctom d’entamer les procédures du permis de construire et d’autorisation d’exploiter avant l’enquête d’utilité publique à l’automne 2017.

L’incinération des déchets est loin d’être inoffensive et contribue par ses émissions de CO2 dans l’atmosphère au réchauffement climatique. La nouvelle usine sera forcément polluante, impactant les générations prochaines pour 50 ans avec ses émissions de particules fines, de métaux lourds, et de dioxines chlorées et surtout bromées, non réglementées à ce jour, et qui pourraient constituer le prochain scandale sanitaire.

Comme l’a montré le Plan B’OM (planbom.org) des solutions alternatives ont été mises en œuvre en France et en Europe avec succès.  Les associations regrettent que les élus du Syctom, droite et gauche confondues, préfèrent un projet au coût exorbitant à l’application des lois qu’ils ont eux-mêmes votées (Grenelle 2, loi de transition énergétique pour la croissance verte) qui permettraient à la Métropole de rattraper en 2023 une partie de son retard en matière de gestion des déchets sur d’autres villes françaises comme Lyon et Nantes, et sur les grandes métropoles européennes.

Contact presse : Anne Connan
Tél : 06 81 75 89 97

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *