COMMUNIQUÉ DE PRESSE Incinérateur Ivry-Paris XIII – Un permis de construire délivré contre l’avis de la population


Ivry, le 4 octobre 2018 – Le Syctom vient d’annoncer l’obtention du permis de construire de la future usine d’incinération des ordures ménagères d’Ivry-Paris XIII et le lancement immédiat des travaux. Le Collectif 3R (Réduire, Réutiliser, Recycler) et Zero Waste France dénoncent une décision prise contre l’avis de la population qui a largement exprimé son inquiétude et opposition lors de l’enquête publique. Les associations entendent poursuivre leur mobilisation contre un projet qui, s’il était mené à bien, compromettrait gravement l’atteinte des objectifs nationaux et européens en matière de tri et réduction des déchets.

Une enquête publique “saucissonnée”
Le permis de construire porte sur la première étape d’un projet de deux usines étroitement dépendantes l’une de l’autre (incinération d’une part, et préparation à l’incinération d’autre part). L’enquête publique menée préalablement à l’attribution du permis de construire n’a porté que sur la première partie du projet (usine d’incinération). Ce fractionnement a empêché une évaluation globale du projet, en contrevenance avec les directives européennes relatives aux études d’impact, et à la jurisprudence actuelle.

Avis défavorables en masse lors de l’enquête publique
L’enquête publique de mai-juin 2018 a réuni près de 2000 contributions, à 99% défavorables au projet. La Commission, qui a suivi presque mot à mot les éléments de langage du Syctom et des services de l’État, n’a pas répondu à toutes les interrogations formulées par la population et l’Autorité environnementale. La Commission a émis un avis favorable au projet, sans réserves, tout en recommandant la mise en oeuvre du plan alternatif des associations (www.planbom.org).

Pour les associations c’est un mauvais signal envoyé à tous les habitants de l’agglomération parisienne, soucieux de la qualité de l’air, de la préservation des ressources, et de la lutte contre le changement climatique. 2 milliards d’euros d’argent public (500 millions pour chaque usine et 1 milliard pour l’exploitation du site sur 23 ans) vont être dépensés alors que les collectivités publiques manquent des moyens parfois les plus élémentaires pour se lancer dans des plans de prévention et de relance du tri qui permettraient de rattraper une partie du retard de la région parisienne sur les autres métropoles européennes et françaises.

Ce permis de construire va ainsi contribuer à la non-atteinte des objectifs de la loi de transition énergétique (2015) et du paquet économie circulaire européen (mai 2018). Ce dernier fixe un objectif de 60% de réemploi / recyclage en 2030.

Pour Anne Connan, riveraine de l’usine et co-présidente du Collectif 3R, “ce projet est emblématique des “Grands projets inutiles et imposés”. La communication du Syctom qui veut nous faire croire que la seule alternative au projet est la mise en décharge, est inacceptable. C’est passer sous silence le fait que l’incinération produit elle même de grandes quantités de déchets toxiques qui doivent être mis en décharge.”

Et Thibault Turchet, Responsable des affaires juridiques de Zero Waste France, de conclure “c’est pourquoi nous analysons à l’heure actuelle les voies de recours en justice à notre disposition contre ce permis de construire, afin de bloquer ce projet illégal et à rebours de la transition écologique et solidaire“.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.